Inauguration d’une plaque en hommage à Serge Gainsbourg

Madame Charlotte Gainsbourg, Madame Jacqueline Gainsbourg, Madame Liliane Zaoui, Madame Jane Birkin, Cher Monsieur Porte, Cher Cédric Dalmasso, Chers amis,

Je suis très heureuse, fière et honorée d’être parmi vous aujourd’hui et d’inaugurer cette belle plaque, en l’honneur d’un immense artiste, un être exceptionnel resté dans le cœur des Français, Monsieur Serge Gainsbourg. De son nom de naissance, Lucien Ginsburg, Serge Gainsbourg est un enfant de la capitale. Il a toujours eu un attachement particulier pour le 9e arrondissement. Il y a vécu, durant 15 ans, à partir de l’âge de 4 ans jusqu’a son entrée dans l’âge adulte, jusqu’à 19 ans, ici même, au 11 bis rue Chaptal, en famille.

En posant cette plaque commémorative nous rendons hommage à un artiste de génie. Gainsbourg a laissé derrière lui une œuvre hors du commun. Il méritait d’être honoré dans son quartier, c’est chose faite ce matin, entre le romantisme de la Nouvelle Athènes et le côté canaille de Pigalle. Un quartier qui lui ressemblait si bien. Et je remercie sincèrement sa famille, en particulier sa fille Charlotte que j’ai sollicitée il y a quelques mois de nous avoir donné son accord pour apposer ce matin cette plaque.

Le 9e arrondissement, c’était pour Serge Gainsbourg le quartier idéal. Le quartier des musiciens. En vivant ici, il s’inscrivait parmi les habitants les plus illustres, comme Frédéric Chopin qui fut voisin en son temps, et pour lequel il avait une admiration immense. De la rue des Martyrs, à la rue Chaptal en passant par le square de la Trinité où il jouait au ballon, Gainsbourg aimait follement ce quartier dont il connaissait les moindres ruelles. Les plus anciens du quartier se souviennent d’ailleurs de ce jeune homme timide et rêveur !
Inauguration plaque Gainsbourg
Continuer la lecture de « Inauguration d’une plaque en hommage à Serge Gainsbourg »

Inauguration du mur du souvenir au siège du Grand orient

Inauguration du mur du souvenir au siège du Grand orient

Hier, j’inaugurais le mur du souvenir au siège du Grand Orient avec le ministre des anciens combattants et Alexis Govciyan.

Je suis très heureuse et honorée, cher Daniel Keller, d’être parmi vous ce matin, pour un moment important pour l’inauguration du Mur du Souvenir dédié à la mémoire des 500 francs-maçons du Grand Orient de France, victimes de la barbarie nazie et du régime pétainiste.

Je vous remercie de m’avoir conviée à cet événement qui intervient à l’occasion du 2e Forum des Obédiences maçonniques libérales et adogmatiques européennes.

En tant que Maire du 9e arrondissement de Paris, je mesure le privilège d’abriter le Grand Orient de France, première obédience en France, ici, au 16 rue Cadet. Dans ce quartier historique, un quartier de mémoire et de brassages de cultures, vous êtes une institution centrale, vous faites partie de notre patrimoine. Vous lui donnez vie et le rendez vivant au quotidien.

Continuer la lecture de « Inauguration du mur du souvenir au siège du Grand orient »

Dimanche 26 avril 2015 – Cérémonie du souvenir des victimes et des héros de la déportation

IMG_2429

Allocution de Delphine Bürkli, Maire du 9e:

Cette journée du souvenir de la déportation est pour moi une cérémonie différente, une cérémonie d’affect et d’émotion.

Il y a un an, à peine investie à la Mairie, je prononçais mon premier discours en tant que Maire au cours de cette cérémonie. Plus qu’une prise de fonction, c’était pour moi une véritable prise de conscience.

Car cette cérémonie a bien un sens particulier, ici dans le 9e, carrefour des communautés et témoin direct des tragédies du XXe siècle.

Il y a donc 70 ans, le 27 janvier 1945, les portes du camp d’Auschwitz-Birkenau s’ouvraient pour la première fois. La libération des autres camps de la mort se poursuivit au cours des semaines suivantes. Cette libération n’en était pas vraiment une. C’était l’apparition au grand jour de l’horreur, la survie hypothétique des rescapés, la découverte d’une extermination méthodique, programmée, bureaucratique. Et un crime d’une ampleur inouïe, inédite, jamais vue, 6 millions de femmes et d’hommes exterminés parce que juifs, et tant d’autres traumatisés, blessés, humiliés. 6 millions, parmi lesquels 1,5 million d’enfants – trois quarts des juifs d’Europe, plus du tiers de la population juive dans le monde.

Dans le même temps, dans le 9e, certains cafés étaient « interdits aux juifs », des jeunes résistants incendiaient rue Buffault, rue Lamartine, rue Mayran des camions allemands, des biens spoliés aux Juifs étaient vendus dans une Maison de ventes, les théâtres faisaient l’objet de censure et le groupe Jean Moulin tenait ses réunions rue de Provence.

Dans le 9e, ce souvenir est vivant, et il nous faut le perpétuer.
Continuer la lecture de « Dimanche 26 avril 2015 – Cérémonie du souvenir des victimes et des héros de la déportation »

24 avril 1915 – 24 avril 2015 : Centenaire du génocide arménien

Tribune de Delphine Bürkli dans les Nouvelles d’Arménie

« L’arrondissement de la mémoire »

La mémoire du génocide arménien de 1915 fait partie intégrante de l’histoire de la France, de Paris et surtout de notre arrondissement. En effet, ce sont nos quartiers de Cadet, Lafayette, Rochechouart qui ont accueilli les survivants du génocide.

J’ai pour ma part, été sensibilisée très tôt par cette horreur vécue par les Arméniens et le génocide qu’ils ont subi dès le 24 avril 1915 avec la rafle, à Constantinople, des notables et de intellectuels Arméniens. J’ai appris ainsi par des personnalités de ce quartier – communément appelé la Petite Arménie – que le gouvernement de Turquie ottomane de l’époque avant décidé, programmé et mis en œuvre les atrocités et la barbarie qui allaient, avec ce premier génocide, marquer à jamais le XX e siècle.

Je souhaite m’incliner devant la mémoire de ces 1,5 millions de victimes exterminées parce qu’arméniennes. Elles font parties de notre histoire universelle et interpellent toutes les consciences. Pourtant sans sépultures, hommes, femmes, enfants, vieillards, ils sont présents dans le cœur de tous ceux pour qui vérité et justice ne sont pas de simples mots.

C’est pourquoi, dès mon élection comme Maire du 9e arrondissement, j’ai décidé que 2015 serait l’année de la Mémoire et le centenaire du génocide arménien comme les 70 ans de la Shoah seraient commémorés dans la dignité mais aussi la détermination qui doivent les caractériser. Avec mon Premier adjoint, Alexis Govciyan, nous avons ainsi obtenu que le Conseil de Paris nous désigne comme arrondissement de la Mémoire.

Tribune - Nouvelles d'Arménie

 

Lundi 20 avril 2015 – Dévoilement d’une plaque en mémoire de Napoléon III – 15 rue Lafitte

Plaque Napoléon III - 15 rue Lafitte - 75009 Paris

Intervention de Delphine Bürkli, Maire du 9:

Nous sommes réunis aujourd’hui pour un moment important : l’inauguration d’une plaque qui commémore le lieu où, dans la nuit du 20 au 21 avril 1808, naquit Charles Louis Napoléon Bonaparte, premier Président de la République de notre histoire et dernier Empereur. Napoléon III est en effet né, ici, dans cet arrondissement, au 15 bis rue Laffitte, alors rue Cerutti.

Fils de Louis Bonaparte, roi de Hollande, frère cadet de l’Empereur Napoléon Ier, et d’Hortense de Beauharnais, fille de l’impératrice Joséphine, Napoléon III marquera durablement notre pays.

Pourtant, et c’est le grand mystère de la figure de Napoléon III, la France ne lui a certainement pas rendu à ce jour l’hommage qu’il mérite.

La géographie parisienne en atteste : le Baron Haussmann a un boulevard majestueux en plein Paris, à deux pas d’ici, qui lui a été consacré, et c’est un fait rare, de son vivant. Pour Louis-Napoléon Bonaparte, il faut attendre plus d’un siècle, 1987 précisément, tardivement, trop tardivement, pour que la Ville de Paris, à l’initiative de son maire de l’époque Jacques Chirac, donne son nom à une place devant la Gare du Nord. Pourtant, sans nier le génie de Haussmann, l’un n’était « que » l’exécutant de l’autre.

En vérité, j’en ai la conviction, on a trop souvent célébré Napoléon III par procuration.

Continuer la lecture de « Lundi 20 avril 2015 – Dévoilement d’une plaque en mémoire de Napoléon III – 15 rue Lafitte »

Jeudi 16 avril 2015 – Représentation en avant-première de la pièce « Ici il n’y a pas de pourquoi » adaptée de l’ouvrage de Primo Levi « Si c’est un homme » – Mairie du 9e

Avant-première de la pièce "Ici il n'y a pas de pourquoi"

Discours de Delphine Bürkli, Maire du 9e

Il y a un an j’organisais ici la projection du film « 24 jours » d’Alexandre Arcady, certains d’entre vous étaient présents déjà.

J’ai alors fait la rencontre de Tony qui interprétait le rôle très très dur du chef du « gang des barbares ».

Notre volonté commune de dénoncer le racisme, l’antisémite, la barbarie, nous a amené à monter ensemble ce nouveau projet : l’adaptation au théâtre inédite du texte de Primo Levi « Si c’est un homme ».

J’ai eu la chance d’assister à une première lecture il y a quelques semaines et vous le verrez dans quelques instants, le poids et la signification des mots de Primo Levi prennent plus que jamais tout leur sens avec l’interprétation de Tony, l’accompagnement musical de Francesco AGNELLO et l’adaptation de Cécilia MAZUR.

Cette année plus que jamais nous sommes dans l’année de la mémoire, et notre arrondissement, par son histoire, par ses habitants passés et présents, se doit de prendre toute sa place dans ce processus de mémoire.
Continuer la lecture de « Jeudi 16 avril 2015 – Représentation en avant-première de la pièce « Ici il n’y a pas de pourquoi » adaptée de l’ouvrage de Primo Levi « Si c’est un homme » – Mairie du 9e »

Retour sur le conseil d’arrondissement du 1er décembre

Le conseil d’arrondissement du 9e a eu lieu le 1er décembre.

Cette séance, ouverte par Madame le Maire, Delphine Bürkli, a débuté par des informations relatives à la vie de l’arrondissement.

Un point mensuel sur les questions de propreté et de sécurité a été présenté.

Le 1er Adjoint en charge de la sécurité publique, Alexis Govciyan, a insisté sur la lutte contre le sentiment d’insécurité. A ce sujet, il a rappelé que le secteur nord-est de l’arrondissement constituait une priorité absolue. Le commissariat s’y mobilise autant qu’autour des Grands Magasins du boulevard Haussmann. Le 1er adjoint a annoncé que depuis octobre, les effectifs du 9ème arrondissement étaient intervenus 89 fois dans le secteur Trudaine-Delta-Rochechouart. La supérette Château-Rouge est toujours sous surveillance administrative. La Mairie du 9e, qui a récemment réuni tous les acteurs de la lutte contre l’exclusion de l’arrondissement à la mairie, organisera prochainement une autre réunion entre les associations de lutte contre la toxicomanie et les riverains.
Continuer la lecture de « Retour sur le conseil d’arrondissement du 1er décembre »