Conseil de Paris – décembre 2016

Interventions de Delphine Bürkli

Sur le rapport de la Chambre Régionale des Comptes concernant la fermeture des berges de la Seine rive gauche.
« J’espère que ce sujet fera là aussi l’unanimité, mais j’en doute un peu, parce que piétonniser sans faire de réforme structurelle pour diminuer le nombre de voitures dans Paris n’améliore pas la qualité de l’air. C’est en substance ce que dit ce rapport, dans sa partie consacrée à l’impact de l’aménagement des berges sur la qualité de l’air. De ce point de vue, ce document a le mérite de la clarté puisqu’il confirme que l’aménagement des berges de Seine génère à la fois des reports de circulation et des reports de pollution.
Ainsi, j’ai appris avec stupéfaction que, sur le quai Anatole-France, les niveaux moyens de polluants sont identiques à ceux du boulevard périphérique. Et sur tous les axes de report de circulation, il est indiqué que les niveaux de polluants sont supérieurs de 13 % à 50 % à ceux mesurés sur les grands boulevards parisiens.
Continuer la lecture de « Conseil de Paris – décembre 2016 »

Intervention au sujet de la construction de 13 logements sociaux Cité Charles Godon

Conseil de Paris
27 septembre 2016

Vous le savez, je vous ai envoyé, Monsieur BROSSAT, un courrier sur ce sujet. J’ai refusé d’inscrire ce projet de délibération à l’ordre du jour du Conseil du 9e, il y a 15 jours. D’abord, parce qu’il m’est parvenu au-delà du délai légal et après envoi de l’ordre du jour. Mais surtout parce que ce programme a été élaboré sans information préalable de la mairie d’arrondissement, je le regrette.

Ce bâtiment de la cité Charles-Godon, cédé par l’État à la Ville, est vacant depuis de nombreuses années. Je l’ai d’ailleurs dénoncé au début de la mandature et vous ai proposé, par voie de vœu, de consacrer ce lieu à un équipement public, une crèche en l’occurrence.
Continuer la lecture de « Intervention au sujet de la construction de 13 logements sociaux Cité Charles Godon »

Inauguration d’une plaque en hommage à Serge Gainsbourg

Madame Charlotte Gainsbourg, Madame Jacqueline Gainsbourg, Madame Liliane Zaoui, Madame Jane Birkin, Cher Monsieur Porte, Cher Cédric Dalmasso, Chers amis,

Je suis très heureuse, fière et honorée d’être parmi vous aujourd’hui et d’inaugurer cette belle plaque, en l’honneur d’un immense artiste, un être exceptionnel resté dans le cœur des Français, Monsieur Serge Gainsbourg. De son nom de naissance, Lucien Ginsburg, Serge Gainsbourg est un enfant de la capitale. Il a toujours eu un attachement particulier pour le 9e arrondissement. Il y a vécu, durant 15 ans, à partir de l’âge de 4 ans jusqu’a son entrée dans l’âge adulte, jusqu’à 19 ans, ici même, au 11 bis rue Chaptal, en famille.

En posant cette plaque commémorative nous rendons hommage à un artiste de génie. Gainsbourg a laissé derrière lui une œuvre hors du commun. Il méritait d’être honoré dans son quartier, c’est chose faite ce matin, entre le romantisme de la Nouvelle Athènes et le côté canaille de Pigalle. Un quartier qui lui ressemblait si bien. Et je remercie sincèrement sa famille, en particulier sa fille Charlotte que j’ai sollicitée il y a quelques mois de nous avoir donné son accord pour apposer ce matin cette plaque.

Le 9e arrondissement, c’était pour Serge Gainsbourg le quartier idéal. Le quartier des musiciens. En vivant ici, il s’inscrivait parmi les habitants les plus illustres, comme Frédéric Chopin qui fut voisin en son temps, et pour lequel il avait une admiration immense. De la rue des Martyrs, à la rue Chaptal en passant par le square de la Trinité où il jouait au ballon, Gainsbourg aimait follement ce quartier dont il connaissait les moindres ruelles. Les plus anciens du quartier se souviennent d’ailleurs de ce jeune homme timide et rêveur !
Inauguration plaque Gainsbourg
Continuer la lecture de « Inauguration d’une plaque en hommage à Serge Gainsbourg »

Débat sur la propreté

Conseil de Paris des 15 et 16 février 2016 – Intervention de Delphine Bürkli

A la lecture de votre communication et en entendant les différents orateurs ce matin, on constate aisément que vous continuez à considérer que Paris n’est pas une ville salle mais une ville salie. C’est naturellement une lapalissade. Avec 2 millions d’habitants ajoutés à près de 50 millions de touristes par an sur un territoire de 105 kilomètres carrés, dire que Paris est salie est une évidence.

Face à cette évidence, la Ville doit mettre vraiment les moyens pour assurer le nettoyage, ce qui n’est pas fait à 100 % pour plusieurs raisons. D’abord, la majorité de nos agents travaillent le matin. Pour ne prendre que l’exemple du 9e arrondissement, nous avons quatre ateliers le matin et un seul l’après-midi. Le matériel, que ce soient les aspiratrices de trottoirs ou les laveuses, est vétuste et leur nombre est insuffisant. Beaucoup de mes collègues avant moi ont pu le dénoncer.

Enfin, les zones touristiques ne sont malheureusement pas gérées. Pour reprendre l’exemple du 9e, c’est notre division propreté, dimensionnée pour 60.000 habitants, donc sous-dotée, qui doit assurer le nettoyage du secteur Haussmann Opéra qui reçoit entre 150.000 et 180.000 visiteurs par jour. J’entends que le 20e est sous-doté, que le 15e est sous-doté. A cela se rajoute le 9e arrondissement.
Continuer la lecture de « Débat sur la propreté »

Débat sur le statut de Paris

Conseil de Paris – 15 février 2016

Pour la nouvelle Maire que je suis, je dois avouer que lorsque j’entends mes collègues me parler de décentralisation de la mairie centrale vers les mairies d’arrondissement, ils me semblent parler d’un temps que les maires de moins de deux ans ne peuvent pas connaître, Paris en ce temps-là, semblait encore vouloir respecter l’issue des urnes. La seule feuille de route, le seul canevas de règles qui prévalent pour le moment et auxquels je me fie étant la charte des arrondissements de 2010, celle qui me permet notamment de mener les expérimentations qui, je m’en réjouis, sont ensuite reprises dans d’autres arrondissements. C’est d’ailleurs sur la base de cette charte qu’avec mes collègues nous avons participé pendant un an à des groupes de travail animés par M. Julliard sur les relations entre mairie centrale et mairies d’arrondissement. Un an de travaux très concrets pour déboucher sur une réformette qui relève plus d’un toilettage de la charte de 2010 que d’un vrai projet pour Paris et pour le quotidien de ses habitants.
Conseil de Paris - Lundi 15 février
Continuer la lecture de « Débat sur le statut de Paris »

Propreté de Paris : des annonces mais le matériel est HS

Cet été, la presse a largement relayé les problèmes de propreté qui dégradent l’image de Paris et la qualité de vie des Parisiens. Si la Maire de Paris s’est engagée à faire de la propreté sa priorité, les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Delphine Bürkli, Maire du 9e arrondissement, était intervenue en Conseil de Paris en octobre dernier pour demander le recrutement de postes d’éboueurs budgétés mais non pourvus. Hier soir, deux vœux ont été adoptés par le Conseil du 9e arrondissement afin de demander à l’exécutif municipal de faire réparer les bouches de lavage hors service et les colonnes à verre.

Les bouches de lavage permettent de fournir de l’eau potable pour accompagner le balayage des rues : plus de 40 sont défectueuses à l’échelle de l’arrondissement mais l’ensemble du territoire parisien est concerné. De nombreuses colonnes à verre enterrées sont également hors service dans le 9e arrondissement et sur tout le territoire parisien.

Delphine Bürkli demande à ce que le plan de renforcement de la propreté, qui sera présenté en novembre en Conseil de Paris, intègre la question des investissements sur le matériel vétuste de la Direction de la Propreté : engins de lavage, remplacement des camion-bennes, réparation des bouches de lavage, des colonnes à verre enterrées…