Intervention au Conseil de Paris sur la difficile mise en œuvre de la réforme Peillon

14 Octobre 2013

Je voudrais d’abord dire que je suis très étonnée, que pour la première fois, cette année, nous n’ayons eu aucune communication de votre part sur la façon dont la rentrée scolaire s’est déroulée en septembre dans les établissements de notre arrondissement.

Depuis 5 ans, que nous sommes élus, nous avions droit à un point sur la rentrée scolaire. Cette année, curieusement rien. Nous n’avons été conviés à aucune réunion d’information sur cette rentrée, vous avez d’ailleurs supprimé la séance du conseil de septembre pour éviter d’aborder le sujet.

Tout cela est bien regrettable d’autant que la mise en place cette année de la réforme des rythmes scolaires, que vous avez voulu précipitée entraîne pour les enfants du 9e, leurs parents, les enseignants, les personnels de la Ville, des bouleversements majeurs, et pas toujours dans la bonne direction.

Il ne s’agit pas de politiser ce débat et de dire que rien ne doit être fait sur les rythmes, ce qui importe c’est le bien-être des enfants. Et pour ma part, je suis favorable à aménager les rythmes mais simplement cette réforme Peillon n’est ni faite, ni à faire. Et c’est bien tout le problème, l’idée est bonne, mais vous n’avez pas réfléchi à la mise en œuvre de cette idée. Et la mise en œuvre, c’est le plus important. Aujourd’hui, ça se passe mal dans la majorité des écoles, et vous le savez.

Qui est pénalisé aujourd’hui ? Les premiers, ce sont les enfants. Cette réforme les perturbe, ils ne comprennent pas bien leurs horaires surtout les plus petits, ils voient de nouveaux visages, ils sont paumés et fatigués, ensuite les parents sont pénalisés ceux, qui vont chercher leurs enfants, pour eux, c’est compliqué, ils sont aussi stressés de savoir que les enfants peuvent sortir de l’établissement sans surveillance, c’est arrivé notamment à l’école de la rue de Bruxelles et la presse s’en ait fait l’écho. Parfois, des enfants sont confiés à des adultes à la sortie de l’école sans que les vérifications d’identité soient effectuées par les animateurs. Il y a des enseignants et les directeurs d’école qui eux aussi sont pénalisés qui n’arrivent pas à mettre en place correctement la réforme, des animateurs absents. Bref, personne n’y arrive.

Vous le savez bien, il y a eu trop de précipitation dans la mise en œuvre de cette réforme. Il ne s’agit pas dans mes propos de demander son retrait plutôt de vous inciter à faire une pause, pour tout remettre à plat et voir dans quelles conditions cette réforme peut être mise en œuvre sereinement. Mais persistez dans l’erreur, comme vous le faites, comme Vincent Peillon le fait, ce n’est pas bon pour les Parisiens.

Cette réforme rajoute des difficultés aux Parisiens qui en ont déjà suffisamment avec les problèmes d’emploi, de logement, sans parler de leur feuille d’impôt, qu’ils ont reçu en septembre, pour que vous en rajoutiez encore.

Précisément, maintenant sur le fond du projet de délibération visant à accorder des subventions à de nouvelles associations pour animer les ateliers.

Pourquoi cette série de subventions n’a pas été votée en même temps que toutes les autres? S’agit-il de subventionner des associations qui ont remplacé celles qui se sont désistées à la rentrée? D’ailleurs, ce serait intéressant de savoir combien d’associations ont fait défaut depuis septembre dans le 9e ? La presse parle de 250 associations pour Paris qui n’ont pas assuré la rentrée. Combien dans notre arrondissement ? Et combien d’ateliers ont du être ainsi supprimés ? A quoi correspond ce montant de 9.760 euros ? Où cette association va-t-elle exercer son activité ? Dans le cas présent, nous parlons de deux associations que nous connaissons bien, le Sporting Club et le club d’escrime du 9e, et dont nous apprécions les activités. Donc le problème ne réside pas dans ces associations. Le problème, c’est bien l’improvisation avec laquelle vous mettez en place une réforme qui sur le fond peut être bonne, mais sur la mise en œuvre aujourd’hui, visiblement elle ne marche pas.

Panneau devant l'école primaire de la rue Chaptal

Ecole élémentaire de la rue Chaptal dans le 9e arrondissement de Paris

Publié dans Conseil de Paris, Paris 9e
Abonnez-vous à ma newsletter

Delphine Bürkli

Delphine Burkli Maire du 9e arrondissement de Paris
Conseillère de Paris