Intervention au sujet de la construction de 13 logements sociaux Cité Charles Godon

Conseil de Paris
27 septembre 2016

Vous le savez, je vous ai envoyé, Monsieur BROSSAT, un courrier sur ce sujet. J’ai refusé d’inscrire ce projet de délibération à l’ordre du jour du Conseil du 9e, il y a 15 jours. D’abord, parce qu’il m’est parvenu au-delà du délai légal et après envoi de l’ordre du jour. Mais surtout parce que ce programme a été élaboré sans information préalable de la mairie d’arrondissement, je le regrette.

Ce bâtiment de la cité Charles-Godon, cédé par l’État à la Ville, est vacant depuis de nombreuses années. Je l’ai d’ailleurs dénoncé au début de la mandature et vous ai proposé, par voie de vœu, de consacrer ce lieu à un équipement public, une crèche en l’occurrence.

Vous choisissez d’implanter un immeuble social seulement, sans équipement public, accentuant un peu plus encore la pression sur les équipements existants déjà saturés.

En tout état de cause, il aurait été correct que vous veniez m’expliquer les raisons de votre choix, qu’elles soient politiques ou techniques. Nous aurions pu élaborer ensemble un projet structurant pour ce quartier, mêlant des logements sociaux, puisque c’est votre choix, et un équipement public.

Vous avez préféré élaborer ce projet dans le secret des bureaux de la DLH et de la R.I.V.P. au mépris de la mairie d’arrondissement, mais surtout au mépris des Parisiens.

Au mépris des habitants, parce que cet ensemble immobilier était pour eux une opportunité rare dans le 9e, compte tenu de sa densité extrême pour réaliser un équipement public.

Je considère qu’il s’agit de mépris quand la R.I.V.P. a réalisé cet été des sondages extrêmement bruyants, qui ont provoqué des nuisances considérables pour les riverains, avant même que l’immeuble ne soit vendu et sans m’en informer.

Monsieur BROSSAT, informer la mairie d’arrondissement, c’est aussi permettre de travailler sur un plan d’information des habitants afin que le projet soit accepté, d’autant plus que vous projetez une surélévation de deux étages. Comme je vous l’ai demandé par écrit la semaine dernière, je souhaite que ce projet de délibération soit retiré de l’ordre du jour aujourd’hui, et reporté à la séance de novembre. Prendre le temps de nous rencontrer, de travailler ensemble sur un tel projet, qui peut être une opportunité d’envisager un C.I.N.A.S.P.I.C, malgré la réserve de logement social, est indispensable, et quatre semaines ne me semblent pas pour cela insurmontables.

Au-delà d’une co-construction de ce projet, j’attends des explications politiques, techniques ou financières sur les choix retenus pour cette adresse. Si vous refusiez de retirer ce projet de l’ordre du jour, je ne le voterais pas, en m’interrogeant toutefois sur vos motivations à ne pas souhaiter travailler avec moi sur ce dossier.

Vous avez donc deux options, soit vous passez en force et faites voter ce programme aujourd’hui, soit vous privilégiez une démarche constructive de co-élaboration du projet. Pour ma part, je reste à votre disposition. La balle est désormais dans votre camp.