Intervention de Delphine Bürkli sur le logement

Intervention de Delphine Bürkli, Maire du 9e arrondissement de Paris.
Vœu de l’Exécutif sur le logement

Conseil de Paris – 19 mai 2014

Madame la Maire,

Quand je lis votre vœu ou que j’écoute vos explications sur ce sujet si important pour les Parisiens, je crois entendre le Président Hollande, la même sémantique, les mêmes méthodes de communication.

Souvenez-vous de sa réponse quand on l’interrogeait il y a quelques mois sur sa méthode de gouvernement et sur la politique qu’il comptait mettre en œuvre pour redresser l’économie de notre pays et lutter contre le chômage. Souvenez-vous : « J’ai ma boîte à outils » …

De la même manière, votre vœu pour le logement, c’est votre boîte à outils, remplie d’astuces, de vœux pieux et de fausses bonnes solutions, qui vont malheureusement s’avérer inefficaces.

Une exception cependant : la transformation de bureaux en logements. Comme le 9e arrondissement concentre de nombreux bureaux, je vous propose qu’il soit pilote afin d’expérimenter ensemble des partenariats publics/privés à cette fin.

Dans votre vœu, vous réaffirmez l’objectif de 10 000 logements par an, que l’on sait intenable. D’ailleurs, vous mélangez à dessin le conventionnement de logements privés avec la production de logements neufs. Cet objectif se révèle sans intérêt et finalement, vous évoquez tous les sujets, sauf l’essentiel : comment enrayer la chute de la construction neuve à Paris depuis 13 ans?

Ce vœu démontre d’ailleurs très bien que vous pariez sur une politique de la demande, alors que la tension sur les loyers et sur les prix est le résultat d’un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Cette offre, vous allez d’ailleurs la dégrader à cause de l’encadrement des loyers, que vous soutenez aveuglement. Vous faites semblant de croire que diminuer la rentabilité locative n’aura aucune conséquence.

Nous recevons tous beaucoup de demandeurs de logements sociaux dans nos permanences. Pour la majorité, ce sont des locataires du parc privé qui vivent dans des logements très dégradés, parfois à la limite de l’insalubrité. Et c’est particulièrement le cas pour les loyers bloqués de 1948…

L’encadrement des loyers va décourager l’investissement, restreindre l’offre nouvelle et dégrader la qualité des logements existants.

Vous vous donnez aussi comme objectif de transformer 200 000 m2 de bureaux obsolètes en logements ; mais comment allez-vous encourager la transformation avec un modèle économique devenu moins rentable?

Les premières victimes de votre politique seront les plus modestes, et les classes moyennes, même si vous ne voulez pas en entendre parler.

Et ce n’est pas le parc social qui va répondre aux enjeux si vous construisez toujours moins pour les classes moyennes.

Avec vous, Madame le Maire, nous avons inauguré un programme de logements sociaux le 17 avril dernier, au 15 rue Bleue dans le 9e arrondissement. Et figurez-vous que seulement 3 logements sur 20 sont des logements PLS, réservés aux classes moyennes. Cela illustre malheureusement votre double langage sur les classes moyennes.

Enfin, vous annoncez la création d’un directoire des bailleurs sociaux. J’y suis tout à fait favorable dans la mesure ou certains d’entre eux se comportent particulièrement mal.

J’ai en effet eu des échos très négatifs de pratiques de certains bailleurs sociaux, notamment lors d’opérations d’acquisition-conventionnement :
– Des réhabilitations ratées, au mépris de la qualité de vie des occupants.
– Des conventionnements réalisés avec des méthodes inacceptables, où tous les moyens sont bons pour exclure les locataires en place.

Je souhaite que ce directoire soit saisi sur la question des mutations internes indispensables aux parcours résidentiel, sur la réhabilitation des logements sociaux, trop souvent dégradés, et sur la sécurité, à l’instar de la situation des immeubles sociaux de la rue Victor Massé.

Lors de la précédente mandature, la Médiatrice de la Ville de Paris vous avait alerté sur ces différents problèmes. Sans effet malheureusement. J’ose croire aujourd’hui qu’avec la création de ce directoire, vous allez prendre enfin la mesure des dysfonctionnements et que les maires d’arrondissements y seront représentés afin que nous puissions évoquer les difficultés qui se posent parfois différemment sur tout le territoire.

J’insiste sur la présence des maires d’arrondissements puisque les bailleurs sociaux appliquent la politique de la Ville de Paris et leurs manquements sont mécaniquement les conséquences de vos choix politiques.

Madame la Maire, l’enjeu est de résoudre ce déséquilibre entre l’offre et la demande, afin de diminuer pour les Parisiens la tension sur les loyers et sur les prix. C’est la seul solution viable pour améliorer durablement la vie quotidienne des Parisiens. Ce serait d’ailleurs un très bon sujet pour une mission d’information et d’évaluation…