Intervention sur la stratégie régionale pour le fret et la logistique

Intervention de Madame Delphine BURKLI sur la stratégie régionale pour le fret et la logistique. Conseil régional Ile de France – mars 2018

En préambule, je veux remercier la Présidente de Région, Valérie Pécresse et son vice-Président, Stéphane Beaudet pour cette initiative – une première dans une région de France – tout simplement parce qu’elle fait du bien. D’abord, parce que vous vous saisissez de problématique importante et passionnante que sont le fret et la logistique. Mais surtout, voilà une nouvelle politique publique concrète en faveur de la diminution de la pollution.

Et tant qu’élue et habitante de Paris – qui comme beaucoup de parisiens souffrent de la congestion automobile dans la ville, permettez-moi de me satisfaire des actes concrets que vous mettez en place. Du côté de la région, nous avons des actes. Du côté de l’Hôtel de Ville de Paris, malheureusement des plans de communication et l’incantation. Et je suis heureuse aujourd’hui d’être du bon côté de l’Histoire.

Ce plan pour le fret et la logistique, ce sont des aménagements, des investissements et de l’innovation. Mais surtout, c’est une stratégie d’aménagement du territoire, de l’urbanisme logistique et de gestion des flux. Le sujet est vaste et complexe mais clairement, la région est la bonne échelle pour y travailler.

C’est surtout le rôle des collectivités locales de s’approprier le sujet. Parce que nous pourrions très bien considérer que les flux de marchandise  (l’avènement du e-commerce avec un milliard de colis par an) sont de la responsabilité des transporteurs et des entreprises qui les sollicitent. Ce serait une erreur car il y a effectivement un enjeu majeur en termes d’aménagement du territoire et de lutte contre la pollution et les émissions de gaz à effet de serre.

Ce sont des sujets stratégiques pour une région. Bien sûr, c’est une question de qualité de vie pour les franciliens pour se nourrir, s’habiller, consommer.

Mais plus globalement, derrière le fret et la logistique, c’est l’attractivité de notre territoire. La capacité de nos entreprises et de notre agriculture d’exporter, d’importer et de produire.

Quelques chiffrespour appréhender les enjeux liés au fret et à la logistique :

  • 800 000 livraisons et enlèvements par jour ont lieu en Ile-de-France dont 1/3 pour Paris.
  • 375 000 personnes travaillent dans le domaine du transport de fret et la logistique soit 7% des emplois en Ile-de-France.
  • Le fret et la logistique sont le deuxième secteur créateur d’emplois en Ile-de-France et pourtant des milliers de salariés approchent de l’âge de la retraite. Il y a donc une véritable problématique concernant la formation et la préservation des emplois dans ce secteur.

Dès lors, le constat est simple : d’un côté, les enjeux économiques ne cessent de se diversifier et de s’intensifier avec la multiplication du volume des échanges liés à la digitalisation de l’économie et de l’autre, il y a urgence à agir pour organiser un rééquilibrage modal afin de répondre à l’urgence sanitaire et environnementale en Ile-de-France.

Évidemment, si on se met à rêver, l’ensemble des marchandises arriveraient et partiraient par voie fluviale ou par voie ferrée. Mais il convient d’être pragmatique : 90% des flux logistiques passent par la route. Seulement 6% par la voie d’eau, 4% par le ferré.

On peut le déplorer bien sûr mais la réalité est celle-là. Et vos trois mandats successifs ont été une occasion manquée dans ce domaine depuis 1998 … On ne peut toujours pas parler de logistique urbaine sans évoquer camions, embouteillages (400 kilomètres d’embouteillages quotidiens), stationnement, plateformes logistiques et dernier kilomètre de livraison.

Ainsi, à travers l’aménagement des infrastructures, la modernisation de la flotte des véhicules et l’accompagnement des territoires et des entreprises, nous allons faire basculer la logistique urbaine dans le 21ème siècle.

Mais surtout, c’est un signal adressé aux entreprises pour leur dire qu’elles ne sont plus seules, que la logistique n’est pas uniquement leur problème et que la région Ile de France va désormais les accompagner.

Il faut donc arrêter le dogmatisme, arrêter d’aller à l’encontre de l’attractivité économique de notre Région et essayer d’accompagner le changement pour faire en sorte que les véhicules qui circulent sur nos routes polluent moins. Il nous incombe désormais, après des décennies d’immobilisme, de réconcilier route et environnement en réduisant l’empreinte écologique des poids lourds. La stigmatisation perpétuelle de la route n’a eu pour seul effet que de polluer aux deux sens du terme notre Région.

Les défis à relever sont nombreux et importants, et c’est pourquoi la Région souhaite reprendre son rôle de stratège afin d’agir pour une logistique maitrisée, performante et innovante.

Ce que nous vous proposons aujourd’hui, c’est de porter une ambition politique forte et d’utiliser tous les leviers à notre disposition afin de concilier performance économique et excellence environnementale. 

La délibération qui vous est présentée propose sur le fret, un changement de paradigme en s’appuyant sur une logique d’acteurs et en s’adossant aux réels besoins des décideurs en la matière afin d’accompagner, de réguler et d’aider les protagonistes de ce secteur.

Il ne s’agit plus de mettre en œuvre des expérimentations isolées qui ont montré leur limite ou de faire du saupoudrage en dépensant de l’argent à la marge pour tel ou tel projet, mais au contraire d’apporter une réponse globale et cohérente en nous basant sur l’émergence de projets portés par les territoires.

C’est pourquoi, cette nouvelle stratégie en faveur du fret et de la logistique mettra l’accent, d’une part sur le développement du transport fluvial et d’autre part, sur l’avènement d’une route plus écologique.

Il s’agit à travers ce plan de porter une vision globale et pragmatique afin de proposer des dispositifs destinés à faire système dans un secteur très libéralisé et dans une région particulièrement industrielle.

Pour ce faire, notre collectivité engagera 50M€ sur 3 ans. Là encore, j’entends déjà nos collègues de l’opposition critiquer ce montant. Cependant, je tiens à leur préciser que nous parlons ici de 50M€ uniquement sur le budget transport. Ceux-ci viennent s’ajouter aux actions financées dans les autres directions telles que l’environnement ou le développement économique ainsi qu’aux 110 millions que la Région consacre au projet de Canal Seine Nord. Le financement de cette stratégie fret est donc pluriel, ce qui est légitime puisqu’il s’agit d’un projet transversal, concernant aussi bien les transports que l’aménagement, la formation professionnelle ou le développement économique et le soutien à l’emploi.

Ce plan inédit pour le fret et la logistique qui vous est soumis aujourd’hui fixe plusieurs orientations qui s’articulent autour de 4 grands axes :

1) Un aménagement ciblé des infrastructures :

  • En aidant à améliorer la desserte des zones logistiques et le stationnement des poids lourds et en soutenant l’innovation

2) La modernisation des flottes :

  • En confortant les aides aux véhicules propres pour les entreprises
  • mais aussi en poursuivant le développement du GNV et du bio GNV(gagner sur les émissions aura plus d’effets que le report modal, tout en étant plus rapide et moins coûteux)
  • En participant au renouvellement des motorisations des péniches qui sont particulièrement polluantes (PAMI)
  • En soutenant le développement des véhicules propres, connectés et autonomes en cohérence avec le plan route pour plus d’efficacité et moins de pollution.

3) Le soutien des entreprises et leur accompagnement vers une logistique plus vertueuse notamment sur la question du dernier Km :

  • Grâce à un appel à projets pour les territoires, mais aussi en valorisant cette filière car elle fait partie des secteurs d’emplois à soutenir : 50 000 postes en jeu dans les 10 prochaines années.

4) Un accompagnement des territoires

  • En les sensibilisant aux questions de réglementation notamment autour du stationnement
  • En s’appuyant sur la « Smart Region initiative » pour favoriser la collecte des données
  • En favorisant la création d’outils numériques pour les collectivités et les transporteurs

Enfin, et c’est aussi une bonne chose, ce plan comporte 3 dispositifs transports en plus de ceux des autres délégations

  • Sur la desserte logistique
  • Sur l’accompagnement à l’innovation dans les infrastructures
  • Sur l’accompagnement des territoires

Cette nouvelle stratégie pour le fret et la logistique s’inscrit dans une démarche volontariste de notre collectivité visant à concilier performance économique et excellence environnementale. Il constitue un formidable atout pour notre Région. C’est un plan ambitieux en faveur du fret et de la logistique et qui fait la part belle au report modal en faveur du fret fluvial et à l’innovation tout en participant un peu plus à concrétiser la révolution des transports que la Présidente de Région appelle de ses vœux.