L’avenir des cinq squares du 9e en question : l’exemple du square Montholon

Le square Montholon, jusqu’à ces dernières années, c’était un lieu de tranquillité, un havre de paix pour les habitants et les familles de l’arrondissement.

Avec les squares Adolphe Max, d’Estienne d’Orves, Alex Biscarre et Anvers, Montholon est l’un des rares « poumons verts » de l’arrondissement pour ses 60.000 habitants et les milliers de personnes qui viennent y travailler au quotidien.

Depuis dix ans, aucun de ces espaces verts n’a bénéficié de travaux d’envergure pour être plus accessible et agréable, aucun square supplémentaire n’a été crée, alors que, dans le même temps, la population de l’arrondissement a beaucoup augmenté.

Le square Montholon souffre d’un manque d’entretien, en plus d’être dangereux : jeux dégradés, campements sauvages, bagarres et consommation d’alcool à toute heure, détritus divers et périlleux, comme des seringues usagées à la portée des enfants. Cette situation génère de graves crises sanitaires et éducatives, sans parler des risques de sécurité pour les 2.000 enfants qui fréquentent ce square.

C’est la raison pour laquelle une intervention des services municipaux est indispensable et celle-ci, qui relève de la pleine responsabilité de la Mairie, n’a que trop tarder. Et pourtant … cela fait plus d’un an que les parents du quartier se mobilisent pour dénoncer cette situation. La pétition « Sauvons Montholon » lancée par un collectif de parents du quartier, a été largement signée par de très nombreux habitants.

Depuis lors, le dialogue avec la Mairie et les habitants réunis en conseil de quartier reste inopérant, parce que les élus socialistes refusent l’évidence : l’urgence de rétablir un gardiennage à la journée comme il en existait un avant 2001.

Devant cette situation de blocage, j’ai porté en juin dernier, ce dossier au Conseil de Paris pour proposer une requalification globale du square, avec pour objectif un lieu agréable et sécurisé et demander de renforcer d’urgence le gardiennage et les services de nettoyage du square. Car, au-delà du square Montholon, c’est  bien l’avenir des cinq squares de l’arrondissement qui est en jeu. Nous devons faire preuve de vigilance et rester mobilisés pour que ces endroits appréciés des habitants ne deviennent pas des zones de non droit.

Tribune du 6 juillet 2012