Le discours de Delphine Bürkli à la Mutualité pour le meeting de Bruno Le Maire

Le discours de Delphine Bürkli, le mardi 4 novembre à la Mutualité, en soutien à Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l’UMP.

« Merci ma chère Florence de nous accueillir dans ton arrondissement ! Et merci à vous tous, mes chers Amis, d’être venus ce soir, si nombreux, à notre invitation, pour manifester votre soutien à la candidature de Bruno, à trois semaines de l’élection ! Trois petites semaines mais pour gagner !

Avec Florence, nous avons plusieurs points en commun. Le premier, c’est que nous sommes devenues les cibles privilégiées de la gauche parisienne. Madame Hidalgo et ses amis ne nous aiment pas et pour cause. Ils étaient si sûrs de conquérir le 5e arrondissement – ils ne l’ont pas gagné. Les socialistes avaient la certitude de conserver le 9e, qu’ils détenaient depuis 15 ans – ils l’ont perdu. Alors, avec Florence, avec vous, Militants de Paris, nous avons déjoué tous les pronostics, conservé brillamment le 5e, fait basculer le 9e et amorcé la reconquête de Paris pour 2020. C’est votre victoire. Alors, merci encore pour votre engagement et pour votre dévouement pendant la dernière campagne municipale ! Car sans vous rien n’aurait été possible ! Vraiment rien !

Le deuxième point commun et non des moindres, c’est notre soutien sans faille à Bruno Le Maire, parce que nous sommes convaincues toutes les deux que tu es cher Bruno, tout simplement, le meilleur candidat pour devenir le Président de notre famille politique.

Alors, mon cher Bruno, je voudrais te dire toute ma fierté de mener cette campagne à tes côtés depuis le 11 juin dernier… et je dirais même plus depuis 2012.

Tu avais annoncé une campagne digne, sur les idées, une campagne propre et sereine. Il faut le reconnaitre, tu l’as fait ! Tu es entièrement concentré sur un objectif : la Présidence de l’UMP et rien d’autre.

Une campagne placée sous le signe de la proximité, faite de poignées de mains et d’échanges avec les militants, souvent loin des projecteurs et sans frou-frou.

Ton diagnostic sur l’UMP et sur la France s’est considérablement nourri de ces contacts que tu as eus ces deux dernières années, à sillonner notre pays en plus de 300 déplacements.

Et de ce point de vue, Bruno, je te le dis en tant qu’amie, tu t’es révélé pendant cette campagne.
Tu as fait preuve de pédagogie, tu as expliqué et débattu encore et encore. Tu as été à l’écoute des militants. Tu as abordé tous les thèmes sans tabous. Tu as, comme on dit, mouillé la chemise. Tu as pris du plaisir dans cette campagne et je t’ai vu t’épanouir au fil des semaines et être tout simplement heureux. Et, ça, ça fait du bien !

Ta force, c’est ta force de convictions. Celle de pouvoir entrainer, comme c’est le cas ce soir, des femmes et des hommes, pour créer les conditions du renouveau de la France.

Alors, tu seras un bon Président de l’UMP parce que tu proposes que notre parti soit davantage un laboratoire d’idées ancrées dans les attentes et les besoins de tous les Français, plutôt qu’un lieu de petites phrases stériles que les Français d’ailleurs n’écoutent plus.

Nous aurons besoin de repenser toute notre organisation interne, de la recentrer au niveau des fédérations et de nos équipes locales, car ce sont elles qui ont remportées les dernières élections municipales et c’est sur elles que nous comptons renverser les Régions, et notamment notre prochain combat, la reconquête de l’Ile de France.

Tu seras un excellent Président de l’UMP parce que tu n’as pas peur de t’entourer de nouveaux talents, tu n’as pas peur de soutenir de jeunes candidats, comme nos amis Sébastien Lecornu à Vernon, Alexandre Räessert à Gisors ou Guy Lefranc à Evreux qui ont brillamment remporté leur élection dans ton département. Ce que tu as fait pour ton département, tu l’as fait dans toute la France, où tu es allé soutenir tous ceux qui te le demandaient qu’ils aient des chances ou pas de remporter l’élection. Et ça c’est généreux et ça c’est grand !

Tu seras un Président qui rassemblera, car tu n’as pas peur des sensibilités qui composent notre famille politique, tu n’as pas peur du débat d’idées, c’est notre richesse à défaut d’être notre culture. Car nous avons besoin, d’une UMP crédible, face au désastre de la politique économique et sociale de François Hollande. Nous n’avons pas d’autres choix que d’être unis, solides et convaincants, présents sur tous les territoires, toutes les circonscriptions, tous les arrondissements – il n’y aura plus de territoire abandonné, y compris dans les grandes villes, et j’ai une pensée pour ceux qui défendent les couleurs de l’UMP dans le 3e avec Marie-Laure Harel, dans le 13e avec Patrick Trémege, qui tous deux te soutiennent Bruno dans ta démarche.

Comme toi, nous sommes attachés à ce que nous présentions qu’un seul candidat pour porter l’alternance en 2017. Et ma conviction est que tu es le meilleur garant du bon fonctionnement de nos futures primaires. Elles devront être irréprochables, elles devront être accessibles à tous, elles devront être équitables et à la différence de cette élection interne à l’UMP, elles devront permettre le débat entre les différents candidats déclarés. Et là-dessus, nous comptons tous sur toi.

Enfin je voudrais te dire Bruno un mot sur Paris. Et plus précisément un mot sur les militants de l’UMP à Paris. Ils incarnent cette nouvelle droite urbaine. Proches et attentifs aux besoins de leurs concitoyens, sûrs de leurs propositions tant sur les questions environnementales que sur les enjeux du vivre-ensemble, ouverts sur les questions de société, mais aussi et surtout connectés au monde qui les entoure.

Ce portrait robot, c’est aussi toi Bruno. Tu as su parfaitement l’incarner tout au long de cette campagne. Alors si vous voulez vraiment le renouveau à l’UMP, Mobilisation générale, Mo-bi-li-sa-tion générale, afin de permettre à Bruno de porter nos espoirs à la tête d’une UMP renouvelée, d’une UMP rajeunie, d’une UMP conquérante.

Alors ensemble osons le renouveau et portons Bruno à la tête de notre famille politique ! Je compte sur vous. A toi Bruno ! »