Les Parisiens accueillent leurs soldats

Discours de Delphine Bürkli place de l'Opéra

14 juillet 2014 – Place de l’Opéra

Mesdames et Messieurs,

C’est avec beaucoup d’honneur et de fierté que je vous accueille cet après-midi, en tant que Maire du 9e, sur l’une des plus majestueuses places de Paris, dans le cadre de l’Opération «les Parisiens accueillent leurs soldats».

Dans le 9e, nous avons le plaisir de recevoir la visite de la Marine Nationale et je veux saluer en particulier la présence de l’Amiral Stéphane Verwaerde, major général de la Marine auprès du chef d’Etat-Major de la Marine, de l’Amiral Bernard Rogel.

Renforcer le lien armée-nation, permettre aux citoyens de communiquer directement avec nos forces armées sont les objectifs poursuivis par cette belle manifestation à laquelle j’ai voulu m’associer avec mon 1er adjoint, Alexis Govciyan et qui nous permet de vous présenter aujourd’hui des maquettes de sous-marin nucléaire et de frégate, mais également sept véhicules de l’armée de terre et un simulateur.

Aujourd’hui, la Royale est ici magnifiquement représentée par :

  • l’Ecole de Maistrance qui forme les futurs officiers mariniers,
  • l’Ecole Navale qui forme les futurs officiers de carrière de la Marine,
  • Les sous mariniers de la Force océanique stratégique,
  • Les personnels du Dixmude, Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC), ayant participé à la mission Corymbe dans le Golfe de Guinée et aux Opérations Serval et Sangaris de l’année dernière,
  • Et pour finir les marins de la frégate Guépratte qui a participé, elle aussi à la mission Corymbe, ainsi qu’à l’opération Atalante dans l’Océan Indien et s’est distinguée lors de l’opération Harmattan au large des côtes libyennes pour laquelle elle fut décorée de la croix de la valeur militaire.

Nous avons également l’immense honneur d’accueillir cet après-midi la Légion étrangère dans sa formation musicale commandée par le lieutenant-colonel Emile Lardeux, chef de musique hors classe et chef de la Musique de la Légion Etrangère que je remercie sincèrement.

Continuer de commémorer avec fierté, plus de 200 ans après, le 14 juillet 1789 et le 14 juillet 1790, c’est rappeler notre attachement à l’Histoire, à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui inspira de nombreuses démocraties dans le monde.

En ce 14 juillet, nous rendons hommage à celles et ceux qui ont combattu pour que naissent de nouvelles idées, qui se sont levés, un jour de 1789, au nom d’une certaine idée de ce que devait être la France. Tous ont fait le choix du courage et de la solidarité. Autant de principes qui ont fait et qui feront encore je le souhaite ardemment, la France de demain.

Ces moments forts de communion comme aujourd’hui, autour de valeurs partagées permettent de mieux mesurer la chance que nous avons de vivre libres dans un pays en paix au milieu d’un monde instable qui connaît de trop nombreux et terribles conflits et la reconnaissance que nous devons à ceux qui ont sacrifié leur vie pour offrir cette chance aux générations futures.

Je veux ainsi rendre hommage à ceux qui sont morts pour la France. Ceux qui ont combattu l’ennemi, ceux qui se sont battus pour la liberté, ceux qui ont lutté pour leurs idéaux. Ceux qui se battent et qui donnent leur vie encore aujourd’hui à la France, en particulier à nos soldats en opérations extérieures, et qui, dans des conditions extrêmement difficiles font preuve d’un courage à toute épreuve et d’un professionnalisme reconnu dans le monde entier.

Que ce soit au Mali, en Centrafrique, en Afghanistan, au Liban, dans l’Océan Indien, en Côte d’Ivoire, aux Emirats Arabes Unis ou encore au Gabon ou au Sénégal, nos soldats, de toutes les armées, portent haut nos couleurs et nous rappellent ce que la France représente à travers le monde.

Parce que sans armées pour nous défendre il n’existerait pas de liberté, de démocratie ou de droits de l’homme, nos militaires sont les premiers défenseurs de notre mode de vie et j’ose le mot, de notre civilisation.

Nos soldats d’aujourd’hui et ceux d’hier… ceux qui combattu au cours de la 1ère guerre mondiale. Ce 14 juillet, vous le savez, est marqué par le centenaire de la grande Guerre et je veux en tant que Maire du 9e arrondissement, avoir une pensée pour les 2.500 hommes issus de ce bel arrondissement qui sont tombés pour la France entre 1914 et 1918.

Cette année, une classe de 3e du collège Gauguin a fait un travail de recherche exceptionnel en retraçant le parcours de six de ces hommes grâce aux archives de Paris.

Cet après-midi, je veux saluer devant vous ce travail de mémoire effectué par ces jeunes collégiens et rendre hommage à ces hommes : Marcel Ansaldi, mort le 12 septembre 1914 à l’âge de 24 ans, tué par l’ennemi; Georges-Alfred Jassaud, mort le 25 octobre 1915 des suites de ses blessures. Il avait 32 ans; Eugène Piot, porté disparu le 5 octobre 1915 pendant la campagne de la Marne à 34 ans; André Vincensini, mort le 24 octobre 1918 des suites d’une maladie contractée en service. Il avait 28 ans; Raymond Silberstein, tué au combat le 14 juillet 1916 à seulement 20 ans; Fernand Rakover, brave caporal tombé glorieusement, à 26 ans, le 1er jour de combat le 3 août 1914.

Je souhaite que cette journée soit dédiée à ces hommes, qui sont morts pour la France, et que la guerre a privé d’un avenir pour assurer le nôtre.

A travers la vie de tous ces hommes et femmes qui ont sacrifié leurs 20 ans, cette fête nationale met en exergue ces jeunes Français qui ont construit notre République. Ces grands noms, célèbres ou anonymes, qui sont un exemple pour la jeunesse de France d’aujourd’hui.

En cette période où la crise économique et sociale résonne comme une fatalité, la jeunesse de France doit lutter contre le pessimisme, briser le carcan de la pensée unique et se détourner des idées convenues.

A l’instar des émeutiers qui ont pris d’assaut le 14 juillet 1789 la Bastille, symbole de la monarchie absolue / 225 ans plus tard, il y a d’autres « Bastilles» contre lesquelles lancer des assauts.

Ces Bastilles, elles sont d’abord hors de France : aujourd’hui en Syrie, en Irak, au Darfour à nos portes en Ukraine, hier à Srebrenica ou à Sarajevo. Elles renferment encore de trop nombreux êtres humains persécutés en raison de leurs origines et de leurs religions : les Chrétiens d’Orient, les Juifs encore victimes d’antisémitisme et les Musulmans, tous en proies d’un racisme grandissant.

Mais ces Bastilles, elles sont aussi autour de nous et en nous. Elles s’appellent « manque de confiance », « crainte » ou même « intolérance ».

Mon mandat de Maire du 9e arrondissement me conduit chaque jour à rencontrer de jeunes talents. Des jeunes qui se sont affranchis des œillères et de la pensée unique. Ils ont imaginé, porté des idées et créé des entreprises.

Car l’espoir est permis. Nos ainés ont vécu l’atrocité de deux guerres mondiales et de la barbarie, puis bâti avec nos ennemis d’hier la nouvelle nation européenne.

A travers cette fête de la nation française, je veux rendre hommage à la France : à la France dans l’Europe, aux Françaises et aux Français et vous l’aurez compris, en particulier à sa jeunesse.

En ce 14 juillet 2014, il faut revenir à l’essentiel, nous rappeler nos principes universels de notre déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Relire notre devise : « Liberté, égalité, fraternité » pour la République Française et celle de l’Union Européenne « Unie dans la diversité ». Et regarder avec bienveillance l’avenir de notre nation, dans cette grande aventure qui s’appelle « Europe».

Mesdames, Messieurs, je vous souhaite, à toutes et à tous, une excellente fête nationale. Vive la France et Vive l’Europe !

Simulation de navigation d'un navire de la Marine nationale

Simulation de navigation d’un navire de la Marine nationale

Concert de la Musique de la Légion étrangère - Place de l'Opéra

Concert de la Musique de la Légion étrangère – Place de l’Opéra

Concert de la Musique de la Légion étrangère - Place de l'Opéra

Concert de la Musique de la Légion étrangère – Place de l’Opéra

Publié dans Actualités, Paris 9e
Abonnez-vous à ma newsletter

Delphine Bürkli

Delphine Burkli Maire du 9e arrondissement de Paris
Conseillère de Paris