Inauguration d’une plaque en hommage à Serge Gainsbourg

Madame Charlotte Gainsbourg, Madame Jacqueline Gainsbourg, Madame Liliane Zaoui, Madame Jane Birkin, Cher Monsieur Porte, Cher Cédric Dalmasso, Chers amis,

Je suis très heureuse, fière et honorée d’être parmi vous aujourd’hui et d’inaugurer cette belle plaque, en l’honneur d’un immense artiste, un être exceptionnel resté dans le cœur des Français, Monsieur Serge Gainsbourg. De son nom de naissance, Lucien Ginsburg, Serge Gainsbourg est un enfant de la capitale. Il a toujours eu un attachement particulier pour le 9e arrondissement. Il y a vécu, durant 15 ans, à partir de l’âge de 4 ans jusqu’a son entrée dans l’âge adulte, jusqu’à 19 ans, ici même, au 11 bis rue Chaptal, en famille.

En posant cette plaque commémorative nous rendons hommage à un artiste de génie. Gainsbourg a laissé derrière lui une œuvre hors du commun. Il méritait d’être honoré dans son quartier, c’est chose faite ce matin, entre le romantisme de la Nouvelle Athènes et le côté canaille de Pigalle. Un quartier qui lui ressemblait si bien. Et je remercie sincèrement sa famille, en particulier sa fille Charlotte que j’ai sollicitée il y a quelques mois de nous avoir donné son accord pour apposer ce matin cette plaque.

Le 9e arrondissement, c’était pour Serge Gainsbourg le quartier idéal. Le quartier des musiciens. En vivant ici, il s’inscrivait parmi les habitants les plus illustres, comme Frédéric Chopin qui fut voisin en son temps, et pour lequel il avait une admiration immense. De la rue des Martyrs, à la rue Chaptal en passant par le square de la Trinité où il jouait au ballon, Gainsbourg aimait follement ce quartier dont il connaissait les moindres ruelles. Les plus anciens du quartier se souviennent d’ailleurs de ce jeune homme timide et rêveur !
Inauguration plaque Gainsbourg
Continuer la lecture de « Inauguration d’une plaque en hommage à Serge Gainsbourg »

Débat sur la propreté

Conseil de Paris des 15 et 16 février 2016 – Intervention de Delphine Bürkli

A la lecture de votre communication et en entendant les différents orateurs ce matin, on constate aisément que vous continuez à considérer que Paris n’est pas une ville salle mais une ville salie. C’est naturellement une lapalissade. Avec 2 millions d’habitants ajoutés à près de 50 millions de touristes par an sur un territoire de 105 kilomètres carrés, dire que Paris est salie est une évidence.

Face à cette évidence, la Ville doit mettre vraiment les moyens pour assurer le nettoyage, ce qui n’est pas fait à 100 % pour plusieurs raisons. D’abord, la majorité de nos agents travaillent le matin. Pour ne prendre que l’exemple du 9e arrondissement, nous avons quatre ateliers le matin et un seul l’après-midi. Le matériel, que ce soient les aspiratrices de trottoirs ou les laveuses, est vétuste et leur nombre est insuffisant. Beaucoup de mes collègues avant moi ont pu le dénoncer.

Enfin, les zones touristiques ne sont malheureusement pas gérées. Pour reprendre l’exemple du 9e, c’est notre division propreté, dimensionnée pour 60.000 habitants, donc sous-dotée, qui doit assurer le nettoyage du secteur Haussmann Opéra qui reçoit entre 150.000 et 180.000 visiteurs par jour. J’entends que le 20e est sous-doté, que le 15e est sous-doté. A cela se rajoute le 9e arrondissement.
Continuer la lecture de « Débat sur la propreté »

Débat sur le statut de Paris

Conseil de Paris – 15 février 2016

Pour la nouvelle Maire que je suis, je dois avouer que lorsque j’entends mes collègues me parler de décentralisation de la mairie centrale vers les mairies d’arrondissement, ils me semblent parler d’un temps que les maires de moins de deux ans ne peuvent pas connaître, Paris en ce temps-là, semblait encore vouloir respecter l’issue des urnes. La seule feuille de route, le seul canevas de règles qui prévalent pour le moment et auxquels je me fie étant la charte des arrondissements de 2010, celle qui me permet notamment de mener les expérimentations qui, je m’en réjouis, sont ensuite reprises dans d’autres arrondissements. C’est d’ailleurs sur la base de cette charte qu’avec mes collègues nous avons participé pendant un an à des groupes de travail animés par M. Julliard sur les relations entre mairie centrale et mairies d’arrondissement. Un an de travaux très concrets pour déboucher sur une réformette qui relève plus d’un toilettage de la charte de 2010 que d’un vrai projet pour Paris et pour le quotidien de ses habitants.
Conseil de Paris - Lundi 15 février
Continuer la lecture de « Débat sur le statut de Paris »

Grève des agents de la propreté : NKM et les Maires d’arrondissement interpellent Anne Hidalgo

Communiqué de presse

L’actuelle grève des agents de la propreté est symptomatique d’une rupture profonde entre la Maire de Paris et son personnel.

Les agents du nettoiement de Paris ont déposé un préavis de grève reconductible et indéterminé pour le 5 octobre 2015.

Ainsi, aujourd’hui, sur une grande partie du territoire parisien, aucune collecte ne sera effectuée, aucun rendez-vous pour les encombrants ne sera pris et les prestations de balayage et de lavage seront très perturbées.

Cette grève particulièrement suivie, témoigne de la rupture profonde entre la Maire de Paris et son personnel ouvrier. Les missions locales fondamentales sont délaissées par la Ville de Paris et la propreté est devenue le parent pauvre de la politique municipale : manque de moyens humains, manque de matériel, manque de reconnaissance. Ce désengagement est ressenti quotidiennement par les Parisiennes et les Parisiens, lassés par la malpropreté des rues.

Les maires d’arrondissement sont en première ligne face aux nombreux mécontentements et à l’exaspération des administrés. C’est pourquoi ils demandent à ce que les services de propreté obtiennent les moyens pour une action efficace qui réponde aux attentes légitimes des Parisiennes et des Parisiens.

Nathalie Kosciusko-Morizet, les maires des 1er, 5eme, 6eme, 8eme, 9eme, 15eme, 16eme et 17eme arrondissements demandent à la Maire de Paris d’engager une discussion globale avec les agents de la Direction de la Propreté pour que cette mission essentielle puisse être exercée par les agents et que la propreté puisse redevenir une priorité à Paris.

Paris Initiative entreprise [Intervention au Conseil de Paris de Septembre]

Au cours d’une séance de rentrée qui aura duré trois jours, Delphine Bürkli et Jean-Baptiste de Froment sont intervenus sur plusieurs sujets d’actualités concernant le 9e arrondissement.

Conseil_Paris_Delphine_Burkli_2015-09_5

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement.

« Le bouillon », « Le comptoir canailles », « La ruche qui dit oui », « 42° », « Yvonne, Yvonne », ces noms ne sont pas seulement ceux des derniers lieux branchés à la mode de Paris, ce sont avant tout de très beaux exemples de réussites entrepreneuriales, et de surcroît dans le 9e arrondissement, grâce au soutien de Paris Initiative Entreprise.

A l’invitation de son président, Lucien Jibert, je me suis rendue dans leurs locaux, boulevard Malesherbes: si l’adresse est prestigieuse, à l’intérieur rien n’est pas « show-off », au contraire, les locaux sont exigus et les jeunes diplômés de écoles de commerce qui étudient la dizaine de dossiers reçus chaque semaine, cohabitent à plusieurs dans de petits bureaux, dans une ambiance appliquée et sérieuse.

Il faut dire que l’enjeu est grand, lorsqu’un P.I.E. vous suit dans votre projet de création d’entreprise, c’est toute une machine qui s’enclenche derrière avec l’appui du département, de la région, de la CDC et surtout des banques.

Les comités d’engagement qui se réunissent tous les mardis, véritables jurys constitués de bénévoles impliqués dans la vie entrepreneuriale, passent au crible les « business plan » et les motivations des candidats, ces derniers, si leurs projets sont retenus, sont ensuite accompagnés de parrains sur qui ils peuvent compter lors des premiers mois, toujours les plus critiques lorsqu’on ouvre une nouvelle boîte.
Continuer la lecture de « Paris Initiative entreprise [Intervention au Conseil de Paris de Septembre] »

Création de zones touristiques internationales [Intervention au Conseil de Paris de Septembre]

Au cours d’une séance de rentrée qui aura duré trois jours, Delphine Bürkli et Jean-Baptiste de Froment sont intervenus sur plusieurs sujets d’actualités concernant le 9e arrondissement.

Conseil_Paris_JB_de_Froment_2015-09

M. Jean-Baptiste de FROMENT. Conseiller de Paris.

Madame la Maire, il y a un dessin, paru très récemment dans un grand quotidien du soir, qui montre Martine AUBRY occupée à planter des épingles sur une poupée représentant Emmanuel MACRON, avec la légende suivante : « et Martine travaillait, travaillait à son terrible projet chaque jour, même le dimanche ». On pourrait remplacer « Martine » par « Anne », et on aurait un excellent résumé de votre emploi de ces derniers mois. Quelle énergie déployée à contrecarrer les projets d’un Gouvernement dont je rappelle, parce que cela ne saute vraiment pas aux yeux, qu’il est issu de votre propre famille politique.

Que de noms d’oiseaux échangés avec le jeune ministre de François HOLLANDE, que vous maudissez par presse interposée, refusant même, apparemment, de le rencontrer. Hélas, pour vous, toutes ces imprécations, tous ces exercices de magie noire ont été sans effet sur le cours réel des événements.

De ce combat d’arrière-garde contre le travail le dimanche, il ne vous reste que le surnom dont vous ont affublé les milieux économiques, celui de « jurassique Anne », pour vous être obstinée dans ce refus d’un autre âge, ce refus incompréhensible de donner aux magasins parisiens les plus fréquentés de la planète et qui emploient des dizaines de milliers de salariés la liberté, s’ils le souhaitent, d’ouvrir un jour de plus.
Continuer la lecture de « Création de zones touristiques internationales [Intervention au Conseil de Paris de Septembre] »

Ouverture de cercles de jeux [Intervention au Conseil de Paris de Septembre]

Au cours d’une séance de rentrée qui aura duré trois jours, Delphine Bürkli et Jean-Baptiste de Froment sont intervenus sur plusieurs sujets d’actualités concernant le 9e arrondissement.

Conseil_Paris_Delphine_Burkli_2015-09_4

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. – Merci, Monsieur le Maire.

Il y a quatre mois, le Conseil de Paris a adopté à l’unanimité un vœu demandant un débat sur l’ouverture d’établissements de jeux à Paris.

Depuis, nous avons appris par voie de presse – une fois n’est pas coutume – que le ministre de l’Intérieur, à la suite du rapport du Préfet DUPORT, allait permettre d’ouvrir, en remplacement des anciens cercles de jeux, des club ayant le statut de sociétés commerciales placées sous la régulation directe de l’Etat, privant ainsi la Ville de Paris de tout droit de regard et par conséquent de tout débat en cette Assemblée sur ces structures qui sont en réalité des casinos tels qu’ils existaient avant la loi de 1987 et l’arrivée des machines à sous.

Alors que les cercles de jeux parisiens ont été emportés dans la tourmente judiciaire depuis 2008 et que les liens entre les jeux d’argent et le crime organisé sont avérés – je vous renvoie au rapport d’Alain BAUER de 2008 -, il est incompréhensible que le ministre de l’Intérieur introduise une telle faille de sécurité qui attirera le grand banditisme et la grande délinquance financière, financement du crime, blanchiment d’argent sale, prostitution, usure, stupéfiants, sans compter les risques accrus d’addiction qui pourraient toucher de nombreux Parisiens.

Nous n’avons pas entendu jusqu’à présent la Maire de Paris s’indigner de cette décision unilatérale, sauf pour négocier avec le Gouvernement le régime fiscal de ces futurs établissements.

Une dizaine de millions d’euros de recettes par an valent-ils de livrer Paris à la dépendance aux jeux et au risque criminel et de blanchiment d’argent sale dans le sillage des établissements de jeu ? Nous vous le redisons avec force, fermer ces cercles oui, ouvrir des casinos ou des avatars de casinos, non.

Une nouvelle fois, nous vous demandons – j’associe Frédéric PÉCHENARD et Philippe GOUJON à cette demande, ainsi que l’ensemble du groupe des Républicains – de réaffirmer au ministre de l’Intérieur l’hostilité de notre Conseil à l’implantation d’établissements de jeux dans la capitale, de demander au Préfet de police et au ministre de renforcer les contrôles de ces activités, et de nous indiquer quand aura lieu le débat en Conseil de Paris que vous devez organiser à la suite du vœu de mai dernier adopté à l’unanimité.

Projet immobilier rue de Navarin [Intervention au Conseil de Paris de Septembre]

Au cours d’une séance de rentrée qui aura duré trois jours, Delphine Bürkli et Jean-Baptiste de Froment sont intervenus sur plusieurs sujets d’actualités concernant le 9e arrondissement.

Conseil_Paris_Delphine_Burkli_2015-09_3

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement.

Je ne suis pas aussi optimiste que M. MISSIKA que j’ai écouté avec beaucoup d’attention. Ce projet immobilier, porté aujourd’hui par Orange, génère en effet de fortes inquiétudes de la part des riverains, et de vives protestations de la part des salariés d’Orange qui ne veulent absolument pas quitter leurs locaux.

J’ai tenu à ce que la direction d’Orange présente, en ma présence à la mairie du 9e arrondissement, le 22 mai dernier, ce projet aux habitants du quartier, avant même que la demande du permis de construire soit déposée. D’autres réunions dans le même format se sont tenues au cours de l’été qui n’ont pas permis de lever les inquiétudes des riverains sur les impacts de ce projet.

C’est un projet qui m’inspire également, comme pour les riverains, plusieurs réserves significatives. Dans une lettre à la direction d’Orange, j’ai fait part de propositions précises. Je tiens cette lettre à la disposition de M. MISSIKA, bien sûr, pour que cette réhabilitation soit une opportunité de conduire un projet exemplaire et innovant pour le 9e. Tant d’un point de vue architectural qu’environnemental, nous n’y sommes pas.

Je souhaite que ce travail de concertation que j’ai initié se poursuive et s’amplifie dans les semaines à venir. Je considère que ce projet architectural doit aussi être cohérent avec l’identité de ce quartier, ce qu’il n’est pas encore, et qu’il doit intégrer de nouveaux équipements collectifs dont le quartier a vraiment besoin.

C’est la raison pour laquelle je me dissocie de Mme SIMONNET, que je m’éloigne de ses propositions et que je voterai contre ce vœu.