Plan de vidéoprotection [Intervention au Conseil de Paris de Septembre]

Au cours d’une séance de rentrée qui aura duré trois jours, Delphine Bürkli et Jean-Baptiste de Froment sont intervenus sur plusieurs sujets d’actualités concernant le 9e arrondissement.

Conseil_Paris_Delphine_Burkli_2015-09_2

Madame Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement.

Le plan de vidéo-protection pour Paris a été initié en 2009 et, depuis six ans, celui-ci n’a cessé de démontrer son efficacité dans la lutte contre la délinquance et son impact positif sur la vie des Parisiens. Chacun d’entre nous peut en témoigner au contact des Parisiens. Je me rends compte, à chaque courrier que je reçois portant sur des problématiques de sécurité, que tous ont ceci en commun, la demande de plus en plus de dispositifs de vidéoprotection pour garantir la tranquillité des quartiers.

Ce n’est plus un marqueur de droite ou de gauche et je veux croire que les débats idéologiques, voire enflammés, que nous avions eus sur ce sujet il y a quelques années sont derrière nous.

Mon argument n’est pas ici de défendre l’idée que Paris devienne l’équivalent de Londres, avec un réseau de 75.000 caméras, mais plutôt de considérer qu’entre 1.144 caméras de vidéo protection et 75 000, nous devrions être en mesure de trouver le juste milieu pour permette à la police de mieux faire son travail et de garantir une parfaite sécurité de nos concitoyens.

Or, le plan complémentaire qui nous est présenté aujourd’hui, de 160 caméras supplémentaires, ne correspond même pas à la demande de la Préfecture de police qui a recensé 240 emplacements où l’ajout d’une caméra de vidéoprotection serait utile.

La mairie de Paris semble mégoter sur 80 caméras pour des raisons politiciennes, alors que nous devrions être en train de discuter du doublement du nombre de caméras pour la capitale dans un contexte, et Frédéric PÉCHENARD le rappelait, un contexte sécuritaire qui n’a jamais été aussi sensible face à la menace terroriste.

Dois-je rappeler que 86 % des Français soutiennent le développement de la vidéoprotection dans les espaces publics ? Dois-je rappeler que pour garantir la sécurité des Français, à Paris, l’Etat a dû déployer l’armée dans nos rues et nos quartiers ?

Si je dépose ce vœu aujourd’hui, c’est pour proposer à la Préfecture de police et à la Mairie de Paris que le plan complémentaire au P.V.P.P. prenne en compte les spécificités du 9e arrondissement, un arrondissement du centre de Paris, avec 12 emplacements supplémentaires.

Dans le cas contraire, seules trois caméras, que j’appelais aussi de mes vœux, viendront renforcer le dispositif existant de 51 caméras alors que, je le rappelle, le 9e arrondissement triple sa population quotidiennement, donnant un ratio d’une caméra pour 3.000 visiteurs par jour, là où la moyenne parisienne, déjà très basse, comparée à des villes comme Lyon ou Strasbourg, est à une caméra pour 2.000 habitants.

Et puis, j’ajoute pour terminer que la décision du Gouvernement de créer une zone tourisme internationale dans le secteur de l’Opéra, des Grands Magasins jusqu’aux Grands Boulevards, doit s’accompagner d’un déploiement ambitieux supplémentaire de vidéoprotection. C’est une nécessité.

Publié dans Actualités, Conseil de Paris, Sécurité
Abonnez-vous à ma newsletter

Delphine Bürkli

Delphine Burkli Maire du 9e arrondissement de Paris
Conseillère de Paris