Un premier pas insuffisant vers l’installation de bornes électriques

Intervention au Conseil d’arrondissement du 4 novembre
#Paris9

Paris doit devenir leader de la mobilité électrique. Mais nous en sommes encore loin car vous avez perdu beaucoup de temps depuis votre arrivée aux responsabilités en 2001. Depuis 15 ans, l’opinion publique a conscience que, pour limiter la pollution atmosphérique, il faut renouveler le parc automobile, limiter le diesel et l’essence et encourager l’électrique. Je rappelle d’ailleurs que nous abritions le club du véhicule électrique, rue de la Tour des Dames.

Logo Autolib

Malheureusement la volonté politique n’a pas été au rendez-vous après 2001. Vous avez choisi de ne pas froisser vos alliés Verts qui se sont toujours opposés au véhicule électrique. C’est un choix de votre part. Il ne faut pas s’étonner que la pollution extérieure n’ait pas baissé sous vos deux mandatures.

Pour lutter contre la pollution atmosphérique, il faut un transport propre et donc multiplier des bornes de recharges électriques un peu partout dans Paris. La convention d’aujourd’hui est un premier pas. En passant de 250 à 550 bornes, nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements: à l’échelle de Paris, 550 bornes, c’est clairement insuffisant.

Les ventes de véhicules électriques augmentent de jour en jour. Elles pourraient être encore plus importantes si Paris proposait des services de recharge efficaces et pratiques.